• La Sorcière de la Bête Rouge

    Hana est une jeune fille de quatorze ans qui a fui son village suite aux spéculations lancées par le doyen-mage du village. Ses cheveux rouges ont toujours attisé de la haine envers-elle, car une bête assoiffée de sang avait les yeux de la même couleur. Alors qu'elle est dans la forêt et tente de fuir les habitants, elle tombe nez-à-nez avec la fameuse Bête Rouge, gravement blessée...

    (Parutions aléatoires.)

  •  

    On dit qu’une jeune femme s’était évadée de son village à la suite de rumeurs infondées. Elle aurait développé un pouvoir magique beaucoup trop puissant et incontrôlable pour elle et aurait décimé une grande partie des villageois. Croyant qu’elle était en lien avec la célèbre Bête Rouge, un monstre humanoïde qui mangeait les hommes, réputé pour ses yeux rouges sang et sa faim insatiable de chair fraîche, les habitants la poursuivirent alors qu’elle était en pleine fuite.

    Cependant, alors que la Bête Rouge avait les yeux anormalement teintés, la jeune femme avait de longs cheveux rouges légèrement ondulés.

    Elle était appelée : la sorcière de la Bête Rouge.

    ***

                Je virevoltais entre les arbres de la forêt, les pieds nus endoloris et écorchés par les nombreuses brindilles qui jonchaient sur le sol humide. J’étais essoufflée, fatiguée de ma course folle. Ma respiration se faisait plus lourde à chaque accélération et mon cœur battait à la chamade. Je n’en pouvais plus, mais mes jambes continuaient d’avancer. Je devais continuer. Je ne cessais pas de me retourner pour espérer voir les points lumineux des torches qui dansaient dans la pénombre s’éloigner petit à petit alors qu’ils ne faisaient que de se rapprocher dangereusement de moi.

    Il faisait nuit noire, et le petit sentier que j’empruntais devenait de plus en plus difficile à déterminer et je décidais donc de glisser vers une petite pente glissante qui me fit tomber lorsqu’un tronc d’arbre me barrait la route. Je tombai la tête la première et roulai en me prenant des branches jusqu’à ce que je me cogne contre un rocher, me faisant pousser un gémissement de douleur. Je me relevai avec difficulté en ignorant mon genoux en sang et me dirigeai encore plus profondément dans le bois avec comme seul repère mon intuition.

    Je dévalais à toute vitesse le chemin avec le vent qui me fouettait violement le visage. Au loin, je pouvais entendre le son d’un hurlement rauque et blessé. Ma peur ne m’aidait cependant pas à bien distinguer la provenance de ce bruit. Alors que je commençai à perdre espoir et que les larmes coulaient sur mes joues qui commençaient à me gratter à cause du sel de celles-ci, une vive lumière lointaine apparut devant moi. Elle se rapprochait de plus en plus, me faisant espérer à une possible fuite mais aussi aux villageois qui devaient avoir changé de chemin. J’accélérai ma cadence en direction de cette lumière et, lorsqu’elle n’était plus qu’à quelques mètres de moi, lorsque le sang de mes genoux glissait sur ma peau et tombait en petites gouttes sur le sol, les torches des habitants dansaient autours d’un animal.

    Les coups de torches fondaient sur la bête qui essayait tant bien que mal de les repousser. En regardant attentivement, on pouvait voir de nombreuses blessures dues aux coups de pioches et des brûlures au niveau des pattes arrière. Je me cachais derrière un bosquet, ne pouvant détacher mon regard de l’horrible scène qui se déroulait devant mes yeux. Le son rauque et souffrant du loup géant me faisait mal au cœur. Je devais agir.


    votre commentaire